Qu’est-ce que la non binarité ?

1.41K vuesLa diversité de genre

Qu’est-ce que la non binarité ?

Explorer la notion de non-binarité vous titille l’esprit ? Laissez-moi vous faire un éclairage, avec le plus grand soin, sur cette identité de genre encore méconnue du grand public. Vous allez découvrir ce qu’elle signifie réellement, comment elle modifie notre perception de ce qui nous entoure et, surtout, comment s’y retrouver si vous vous sentez interpellé personnellement. Pour ce faire, vous bénéficierez de nos précieux conseils adaptés.

Comprendre le concept de non-binarité

La non-binarité, c’est l’élan de l’individu à refuser l’assignation rigide aux genres traditionnellement définis : femme ou homme. Il s’agit souvent de personnes qui ne se ressentent ni complètement hommes, ni totalement femmes, ou parfois se retrouvent dans une symbiose des deux, ou encore dans toute autre combinaison qui leur est propre. Ainsi, «non-binaire» englobe l’ensemble des possibilités qui s’écartent d’une identification rigide au genre féminin ou masculin.

Pour bien cerner la non-binarité, il est essentiel de noter les points suivants :

  • Il s’avère crucial de différencier les organes génitaux[Définition] et l’identité de genre, c’est-à-dire, le genre auquel l’individu s’identifie réellement ;
  • La non binarité fait référence à une identité de genre et non à une orientation sexuelle[Définition]. Autrement dit, l’identité de genre répond à la question « Qui suis-je? » tandis que l’orientation sexuelle traite du « qui attire mon désir ? » ;
  • En outre, l’identité de genre ne correspond pas nécessairement à l’expression de genre, soit l’apparence extérieure que l’on présente au monde, y compris le choix vestimentaire.

Quels sont les impacts de cette notion ?

L’individu qui s’identifie comme non-binaire peut :

  • préférer l’usage de certain pronoms spécifiques lorsqu’on se réfère à lui/elle (tel que iel, ille, al, ael, ul, ol, pour n’en nommer que quelques-uns) ;
  • opter pour un changement de prénom. Il faut noter que la notion de non-binarité n’est pas reconnue sur les documents d’identité, mais celui ou celle qui se considère non-binaire a la possibilité de requérir une modification de prénom ;
  • initier une double transition, à savoir médicale et sociale, incluant le recours à un traitement, et à la chirurgie si nécessaire, pour modifier les attributs physiques qui ne correspondent pas à son identité de genre.

Il est crucial de comprendre qu’en matière d’identité de genre, aucune norme n’est à considérer. Chacun a le droit de se définir selon le genre qui lui convient le mieux.

Le fait de s’identifier comme non-binaire, bien que cela n’ait pas d’incidence sur autrui, peut cependant interroger, voire perturber certaines personnes. Partant de là, revendiquer sa non-binarité peut représenter un véritable défi. Il n’est pas rare que certaines personnes rencontrées des difficultés à s’accepter comme telles, se sentent marginalisées ou soient victimes de discrimination[Définition] (aussi appelée enbyphobie).

L’épanouissement quotidien des personnes non-binaires : Comment pouvons-nous contribuer?

C’est la liberté de chaque individu de s’exprimer et de s’identifier comme iel le choisit. En toute honnêteté, pour adopter une attitude respectueuse et compréhensive envers la non-binarité, voici quelques suggestions :

  • Approchez la personne concernée et demandez-lui comment elle s’identifie, afin de vous y conformer en termes de prénom et de pronom à utiliser. Si jamais vous commettez une bourde, corrigez-vous aussitôt ;
  • Éviter totalement de vous interroger sur le sexe de la personne à sa naissance ;
  • Éviter également de poser des questions sur son processus de transition médicale. Il n’est pas rare qu’une personne non-binaire entreprenne un traitement hormonal afin d’ajuster les traits physiques qui la gênent ;
  • Consulter le guide succinct de QuestionSexualité, intitulé « Qu’est-ce que l’identité de genre ? », afin d’acquérir une meilleure compréhension du sujet ;
  • Soutenir de tout cœur une personne non-binaire si elle est victime de discrimination. Il faut savoir que les actes discriminatoires et les paroles dérangeantes sont sanctionnée par la loi. Ces comportements sont souvent l’expression de l’ignorance de l’auteur vis-à-vis de la non-binarité.

Possibilité d’une identité non-binaire  : vous vous interrogez ?

Si l’interrogation de votre identité non-binaire provoque en vous des doutes ou que, tout en étant non-binaire, vous ressentez le besoin de conseils, rassurez-vous. L’interprétation personnelle du genre entraîne son lot de questions volumineuses.

Avant toute chose, il est primordial de :

  • Se recentrer sur soi-même : Si votre image vous dérange, que vous ne vous reconnaissez pas dans les rôles assignés « homme » ou « femme », il est crucial de ne pas étouffer ces sentiments inconfortables ;
  • Rechercher un soutien en votre entourage, une personne de confiance à qui vous pourriez vous confier ;
  • Réfléchir : Pour pouvoir formuler une opinion éclairée, la remise en question est un passage obligatoire. Le contact avec d’autres personnes qui traversent une situation similaire peut vous aider à y voir plus clair et à connaître la réalité de votre expérience ;
  • Accorder du temps : Il est naturel que la détermination de son identité de genre demande du temps. Il faut respecter sa temporalité et bien définir son cheminement personnel en évitant toute influence externe ;
  • Communiquer : Vous pouvez consuliter les associations qui proposent un soutien sur place ou par voie électronique (Collectif non-binaire, Divergenres à Amiens, T’ielles dans le Vaucluse). L’association OUtrans, dédiée aux personnes transmasculines, transféminines et non-binaires à la recherche de réponses, propose un espace de dialogue entre les membres de l’association, l’individu concerné et ses proches ;
  • Eduquer : Dans un second temps, informez votre entourage et expliquez-leur comment s’adresser correctement à vous.

En somme, n’oubliez pas que vous n’êtes pas isolé dans cette situation. La non binarité est une identité de genre de plus en plus acceptée. Avec le temps, un nombre croissant de personnalités se sont identifiées comme non-binaires, agenre ou gender fluid (personne dont l’identité gender oscille entre la féminité et la masculinité), à l’instar d’Elliot Page, Miley Cyrus, Sam Smith, Janelle Monáe, Chris (Christine & the Queens), pour n’en citer que quelques-uns.

admin Changer le statut à "publié" septembre 22, 2023
0