Ceci est mon corps

Sortie en salle le 10 décembre 2014.

Un premier film de et avec Jérôme Soubeyrand.

Synopsis :

Un curé tombe amoureux d’une actrice névrosée, rencontrée lors d’un stage de thérapie. Il décide alors de monter à Paris pour tenter de la conquérir. A ses côtés il découvre une véritable auberge espagnole de l’amour et du plaisir.

Parallèlement à la fiction, l’auteur-réalisateur interroge Michel Serres et Michel Onfray sur les épîtres de Saint Paul, fondements de la chasteté absolue et à l’origine des dogmes régissants encore aujourd’hui la vie des hommes d’église.

Voir la bande annonce par  ici >>

Ceci est mon corps est avant tout une belle histoire, l’histoire d’une rencontre.

Dans un espace clos, nous découvrons un véritable folklore de personnages atypiques : Marlène, bisexuelle libérée (et libératrice), Gabin, le prête amoureux que son désir interroge, Renato le banquier travesti… Leçon d’hédonisme menée en beauté, ce film place sans détour le plaisir au centre de la vie.

Tout le noyau du récit réside dans le parcours initiatique du prête, interprété par le réalisateur Jérôme Soubeyrand, à la découverte du plaisir charnel et de son assouvissement. L’actrice Marina Tomé incarne ici la libération de la sexualité féminine, débarrassée du joug patriarcal, et donne au film sa dimension engagée. Le plaisir féminin est formulé, abordé de manière frontale et honnête.

Mention spéciale à la scène du restaurant (clin d’œil à « Quand Harry rencontre Sally » ?) où le personnage de Marlène explique sans détour à Gabin les fondements du plaisir féminin : https://www.youtube.com/watch?v=YQ41Gdgm7iU

Si il y avait un message à retenir de cette formidable comédie, qui sur un ton léger aborde sans détour un sujet profond, c’est que de l’épanouissement du corps résulte l’épanouissement de l’esprit.

Scène Ceci est mon corps

Copyright : CALM

A noter également la forme quelque peu atypique (là encore) de ce film où la comédie fictionnelle est entrecoupée d’entretiens philosophiques entre Michel Onfray et Michel Serres. À travers ce dialogue intergénérationnel (30 ans séparent les deux hommes) ils tentent de comprendre pour mieux les ébranler les clichés et tabous entourant la vie des religieux.

On devine la difficulté d’introduire cette réflexion philosophique au sein d’une comédie, pourtant la lecture reste parfaitement fluide, en très grande partie grâce à la justesse des dialogues et du rythme. Le film est en mouvement perpétuel.

Pas provocateur, jamais vulgaire, la comédie de Jérôme Soubeyrand se révèle au contraire drôle et touchante à la fois, parfois caustique mais sans jamais donner de leçon.

Un seul regret cependant, que le réalisateur n’ai invité aucune femme à prendre part à ces entretiens filmés…

Scène 2 Ceci est mon coprs

Copyright : CALM

Pour voir le film Ceci est mon corps, rendez vous au cinéma La Clé à Paris ou au cinéma Utopia de Toulouse ! Et à partir du 07 janvier également au Au cin’Hoche à Bagnolet.