On n’a pas toujours le temps de tout lire, tout écouter, tout regarder sur le net ou ailleurs. Voici un rapide tour d’horizons des infos en tout genre que nous avons trouvées intéressantes. Cette semaine sera (télé)visuelle, j’ai regardé deux documentaires et une série. J’ai eu envie de vous en parler. Bon sexorama… 

 thumb_princesses_popstars_girl_powerPrincesses, pop stars et girl power

Ce film de Cécile Denjean qui date de 2002 a été rediffusé récemment sur Arte, et il est toujours autant d’actualité. Pendant presqu’une heure, on traverse la « Planète Rose », et on découvre le monde mystérieux des « girly girls », comprendre : toute l’éducation faite pour que les filles soient filles.

On décortique aussi le glissement d’une culture qualifiée de pop, vers une porn culture (Britney et autre Miley Cirus de l’écurie Disney dont l’angélisme enfantin laisse place à une sexy attitude débridée dès la majorité atteinte) ; on parle des Riott Grrrl ; on questionne le Girl Power d’il y a 30 ans, celui des Spice Girls et celui d’aujourd’hui.

Bref on traverse des décennies de constats, d’analyses, d’initiatives, mais finalement l’histoire que l’on raconte aux jeunes filles est toujours la même : quelle réalité choisir entre celle de la Princesse et de la Putain ?

Deux rediffusions sont prévues, à des heures bien tardives j’en conviens, faites donc marcher vos enregistrements ! Vendredi 18/11 à 03h20 et dimanche 27/11 à 02h05.

regardez-en-replay-trans-c-est-mon-genrem386838Trans, c’est mon genre

Documentaire d’Eric Guéret diffusé sur France 2 cette semaine.

Dans un décor d’une sobriété absolue, se croisent plusieurs parcours : Joriane, Marie, Stéphanie, Morgan, Marvin… Tous transgenres, ils nous parlent du long chemin de leur transformation, du quotidien, de la violence des situations qu’ils ont dû affronter, du rejet. Mais aussi de l’amour de leurs proches, ceux qui les ont soutenus.

Ces paroles d’hommes et de femmes qui subissent la transphobie au quotidien permet de bousculer nos repères, et surtout réveille une violente envie de lutter contre la discrimination et les préjugés.

« J’ai fini par accepter d’être humiliée à partir du moment où j’ai pu vivre comme je le souhaitais. Et peu à peu, je recrée une vraie continuité entre ce qu’a été ma vie d’homme et ma vie de femme aujourd’hui. Car tout ça, c’est ma vie » – Marie.

cucumber-banana-tofuCucumber, Banana, Tofu

Ce sont les noms de trois séries faisant partie d’un triptyque, réalisé par le réalisateur de « Queer as Folk », Russel T. Davies. Cet ensemble créé en 2015 met en scène la communauté LGBT de Manchester.

« Cucumber » nous plonge dans le quotidien d’un couple de quinqua gay. Chacun des 8 épisodes nous immerge un peu plus dans le milieu homosexuel mancunien où se croisent les générations.

« Banana », est une sorte de spin off de Cucumber, développant dans chaque épisode l’histoire d’un personnage en particulier. Ici encore, 8 épisodes nous font entrer dans l’intimité de Dean, Scotty, Helen ou Kay, personnages L, G, B ou T c’est selon. On y voit notamment le premier acteur transgenre dans un rôle de transsexuel dans une série anglaise.

« Tofu » est une courte série documentaire dans laquelle anonymes, personnalités et acteurs de Cucumber et Banana témoignent de leur vie sexuelle.

Dans cette trilogie fraîche, drôle et émouvante, on parle d’acceptation sociale, de sexualité libre, libérée, de militantisme, d’assumer ses choix… dans un quotidien parfois violent et malmenant mais aussi plein d’espoir. Celui d’une plus grande tolérance.