Sexorama, ce que vous avez peut-être loupé ces dernières semaines

0
17 avril 2018 à 12 h 48 min  •  Catégorie Sexorama par  •  0 Commentaires

On n’a pas toujours le temps de tout lire, tout voir, sur le net. Voici un rapide tour d’horizon d’infos en tout genre que nous avons trouvées intéressantes !

Prostitué.e.s engagé.e.s

Ce samedi, travailleurs du sexe et sympathisants ont manifesté pour demander l’abrogation de la loi, votée en 2016 pénalisant les clients. Cette loi prévoyant des amendes de 1500 à 3750 euros, est en effet jugée particulièrement préjudiciable par les travailleurs du sexe. Il semblerait qu’elle génère des conséquences directes, contre productives voire totalement désastreuses, telles qu’une recrudescence des agressions, des clients qui marchandent davantage les prix voire imposent certaines pratiques, ou négocient des rapports non protégés.

Le grand tabou des agressions sexuelles sur les femme SDF

38% des sans-abris seraient des femmes. Particulièrement vulnérables, les agressions sexuelles et viols sont quotidiens. « Parce que nous sommes en marge, nos agresseurs pensent que notre corps est à disposition ». Du père de famille au réseau de mafieux en passant par d’autres SDF, la rue apprend vite à considérer chaque homme comme un agresseur potentiel. Ces agressions se déroulent dans l’indifférence générale, le grand public n’étant bien souvent pas au courant de cette réalité. Nombreuses sont ces femmes qui n’ont pu pendant très longtemps mettre de mots sur ces agissements. Nombreuses sont celles qui ne savent pas quoi en faire : quels droits reste-il quand on est à la rue ? Comment les défendre ?  Comment se protéger ? A qui s’adresser ?

 

Quand Grindr se fait agence de renseignement…

Grindr c’est l’application phare de rencontres homosexuelles. Comme toute appli qui se respecte, les usagers peuvent donner (et observer chez les autres) une quantité astronomique de détails sur eux-mêmes, leurs corps, leurs pratiques, leurs fétichismes, leurs recherches… et leur statut sérologique. Des données intimes, privées, censées le rester. Sauf qu’on a appris début avril que Grindr avait communiqué à au moins deux entreprises tierces, le statut sérologique de ses utilisateurs…renvoyant à la responsabilité individuelle des usagers qui remplissaient volontairement le champ VIH de leur profil…

 

Poster un commentaire

Aller à la barre d’outils