Sexorama – Ce que vous avez peut-être loupé ces dernières semaines…

1
6 avril 2017 à 11 h 25 min  •  Catégorie Sexorama par  •  1 Comment

On n’a pas toujours le temps de tout lire sur le net. Voici un rapide tour d’horizon d’infos en tout genre que nous avons trouvé intéressantes voire porteuses d’espoir !

C’est quoi un homme ?

La semaine dernière David Pujadas nous a annoncé une très très bonne nouvelle dans son JT de 20h : la fin du patriarcat ! Et nous, on avait rien vu ! Allez les féministes, on peut aller se rhabiller et couler des jours tranquilles…

Cette annonce nous a été faite à l’occasion d’un reportage très instructif sur… le virilisme, un mouvement dans l’air du temps, né de l’autre côté de l’atlantique et qui investit maintenant nos chères paroisses françaises.

Au départ, le reportage ne s’annonce pas si inintéressant que ça : questionner la masculinité. Des hommes interrogés expliquent ne plus se retrouver dans les marqueurs masculins que la société impose : être fort, s’affirmer, ne pas montrer sa sensibilité, etc… Le problème c’est la réponse apportée à ce questionnement. Le reportage montre un stage organisé par l’Eglise et qui vise à aider les hommes à retrouver leur virilité. On commence d’abord par l’exercice pratique qui consiste à pousser des voitures !!! (oh ce que je suis contente d’être une fille !)

Puis le stage aborde la question des rapports hommes/femmes et là c’est un festival d’idées sexistes et réactionnaires.  Ainsi savez-vous pourquoi la femme est faite pour l’intérieur et l’homme l’extérieur ? Parce que la peau de l’homme est plus épaisse. Si si ! Et la femme ayant la peau plus fine et plus douce, elle est faite pour donner de l’affection à ses petits… C’est tellement évident que je n’y avais jamais pensé…

Que France 2 diffuse un reportage sur la masculinité, pourquoi pas ?

Que France 2 nous montre la pensée réactionnaire d’une partie de l’Eglise, pourquoi pas ?

Mais que France 2 apporte comme seule et unique réponse aux questionnements sur la masculinité un stage de fervents catholiques, pose un vrai problème journalistique. Où est la remise en cause ou même juste la mise en perspective ?

Alors il nous semblait important de dire à David Pujadas que non le patriarcat n’était pas mort, ce reportage nous le prouve bel et bien ! Allez, les filles, on ne mollit pas , la bataille n’est pas gagnée !

Le métro mexicain contre les frotteurs

Dans cette vidéo, nous découvrons une belle initiative du métro mexicain pour lutter contre les frotteurs, qui sévissent trop souvent dans les transports en commun : installer un siège avec un corps d’homme moulé et un phallus proéminent. Ainsi l’homme qui s’y assoit ressent ce que bien des femmes subissent chaque jour, et permet une prise de conscience nécessaire.

Et si on parlait polyamour ?

Mais qu’est ce donc ? Le nom ne laisse pas trop de doute : poly vient du grec “plusieurs” et amor, du latin… bon, là ça nous parait plutôt clair.

Le polyamour se définit comme l’orientation relationnelle présumant qu’il est possible et acceptable d’aimer plusieurs personnes en même temps, avec le consentement des partenaires impliqués bien entendu.

A ne pas confondre avec l’infidélité, l’échangisme ou la polygamie, qui sont certes d’autres formes de non-exclusivité, mais qui ne sont pour autant pas basées sur les mêmes principes.

Ici on entend donc parler de liberté amoureuse totale, de transparence et de confiance. Bref, aujourd’hui, on s’aime à plusieurs.

Pour aborder cette question, Mathieu Vidard dans la “Tête au carré” sur France Inter, s’est entouré de Magali Croset-Calisto et Philippe Brenot, tous deux sexologues, pour nous apporter leur vision du terrain.

Finalement, avec d’autres règles qui viennent bousculer les schémas sur la fidélité et la jalousie, le polyamour pourrait il être l’avenir couple ? 

Pour en savoir encore plus, vous pouvez retrouver le groupe Café Poly Paris, qui propose des moments de rencontre et d’échanges destinés, aux polyamoureux ou non pourvu que vous soyez bienveillants…

Un commentaire

  1. S. / 21 avril 2017 at 10 h 16 min / Répondre

    Bonjour,

    Une précision : je ne suis pas pas convaincu que la phrase « avec le consentement des partenaires impliqués bien entendu » soit adaptée au polyamour. La notion de consentement ne s’applique pas à ce que les autres vivent entre eux, mais bien à ce que l’on vit soi-même. De mon point de vue, le fait d’avoir un ou une partenaire qui a d’autres relations amoureuses ne relèvent aucunement de notre consentement.

    Merci 🙂

Poster un commentaire