Changer de registre : « Je vous aime, mon amour ! »

2
12 mai 2017 à 8 h 00 min  •  Catégorie Sujets de société par  •  2 Commentaires

Le vouvoiement dans un couple, et spécialement dans le lit, active une dissonance entre distance et intimité. Cela peut être pour certains une manière pour se signifier l’un l’autre que le couple a une valeur spéciale ; pour d’autres c’est une pépinière de fantasmes utile à créer quelque chose dans l’intimité : de l’excitation, une sensation de respect, l’impression de faire quelque chose d’insolite, etc. Entre linguistique et sexualité, un tour à travers les changements de registre.

« Vous êtes très belle en ce moment. Vous me faites bander, Marielle. »

Ce sont les mots que Jean Le Quesnoy adresse à sa femme Marielle dans une célèbre scène du film d’Étienne Chatiliez La vie est un long fleuve tranquille (1988).

Si dans le film le langage caricatural des Le Quesnoy semble servir à mettre en évidence la fausseté et l’incapacité à l’intimité dans les relations au sein de la famille, dans certains couples le vouvoiement peut, au contraire, trouver une place tout à fait différente, marquant une complicité et un engagement majeurs.

L’envie de se distinguer, donner un charme spécial à son intimité, avoir l’impression de se réserver un respect mutuel, se protéger du vulgaire et accroître l’importance de la relation sont les raisons qui poussent apparemment certains couples à reprendre une habitude désuète depuis longtemps, comme à l’époque de leur grands-parents ou arrière-grands-parents. Il s’agit d’un phénomène qui paraît revenir à la mode, spécialement parmi les jeunes.

Formalisme dans l’informel

Au même titre que le tutoiement, le vouvoiement marque linguistiquement la nature de la relation qu’un parlant entretient avec son interlocuteur. Si l’on tutoie plutôt dans des contextes familiers, avec les proches, les pairs, les enfants ; l’on vouvoie d’habitude dans des situations où un certain formalisme est demandé et la relation entre les deux intervenants demande socialement une certaine distance et un certain respect, par exemple avec un inconnu, un supérieur, une personne âgée, un professionnel. Dans le premier cas, la relation est marquée de proche et éventuellement intime, dans le second cas, la relation est plutôt éloignée.

La maîtrise des registres linguistiques, c’est-à-dire la capacité de s’adresser à son interlocuteur de manière adéquate au contexte de la rencontre et aux rôles sociaux de chacun, fait partie des compétences que tout parlant natif d’une langue possède naturellement. En général les codes sont donc respectés, mais occasionnellement un changement inusuel de registre peut être utilisé pour créer un effet, élargir ou réduire la distance selon les circonstances, signifier une ouverture ou une fermeture, une disposition ou, au contraire, une indisponibilité par rapport à la relation et à l’échange en cours. Comme toute utilisation non standard du langage, cela se fait spécialement remarquer et de cette dissonance naît l’« effet spécial ».

Quand le vouvoiement est utilisé dans le couple ce genre de dissonance est assurée : il s’agit d’un registre formel de langage utilisé dans une situation complètement informelle, marquée en plus par le niveau le plus élevé d’intimité.

Dissonance entre verbal et non-verbal

À la dissonance linguistique, au fur et à mesure que le couple se rapproche, qu’il passe d’une situation publique à une privée, intime ou sexuelle, vient s’ajouter une dissonance entre le discours verbal et le discours non-verbal des deux amoureux. Leur parole montre de la distance, alors que leurs sourires, gestes, regards et tout le langage du corps en mouvement sous-entendent de la proximité. Leur parole suggère un désengagement alors que leurs corps manifestent un engagement de l’un envers l’autre.

À partir de là toutes significations et valeurs peuvent être données à la dissonance créée au sein du couple. Cela dépendra des envies et sensibilités de chacun.

Fantasmes, complicité, respect

Ainsi, la porte peut s’ouvrir à toute sorte de fantasmes autour du thème de la rencontre avec un inconnu : on s’adresse à son amant comme on le ferait avec un passant dans la rue, le voyageur d’un train de nuit ou le passager du bus qu’on prend tous les jours pour aller au boulot.

Les fantasmes peuvent sinon s’alimenter dans les clichés autour des rôles sociaux qui définissent une certaine supériorité de l’un par rapport à l’autre : le médecin et le patient, le boss et l’employé, le mécanicien et le conducteur en panne, le plombier et son client, etc.

Au delà des fantasmes, une tonalité particulière peut colorer la relation, donnant aux amoureux l’impression de faire quelque chose d’insolite, de singulier, d’une autre époque, qui donnerait peut-être une intensité et une complicité majeures à leurs échanges à la fois intimes et dissonants.

Cela peut devenir un jeu à faire à deux dans sa vie privée ou alors une petite malice à partager dans la vie publique.

Le vouvoiement sera utilisé par certains à l’écrit, dans les échanges par lettre, pour des communications pour ainsi dire « à l’ancienne ». Ou alors à l’oral, aux moments où l’intensité émotionnelle de l’échange demande un sérieux et un engagement particuliers. D’autres pourront trouver que lorsqu’on s’engueule la dissonance créée par le vouvoiement aide à augmenter l’emphase dans l’expression de sa colère, ou alors à rester, malgré tout, gentil.

Pour d’autres encore le vouvoiement sera utilisé pour marquer dans tous les échanges du couple, même linguistiquement, le respect particulier que l’un considère devoir à l’autre, et réciproquement.

Comme toute habitude et convention qui s’établit au fur et à mesure qu’un couple se crée et se développe, le vouvoiement n’est qu’un « outil » pour aller explorer davantage ce que l’on est et que l’on souhaite devenir comme couple. Il participe alors à la définition et éventuellement au renouveau du chemin qu’on est en train de parcourir ensemble : parfois piquant et mouvementé, parfois doux ou délicat, parfois…

Chiara Mazza

 

2 Commentaires

  1. Pingback: Darsi del Lei nella coppia | scaglie

  2. Natale Pace / 19 mai 2017 at 15 h 09 min / Répondre

    un modo particolare di vedere il rapporto di coppia. Interessante, Chiara!

Poster un commentaire