Erika Lust est née en 1977 à Stockholm, Suède. En 2000 elle est diplômée de l’Université de Lund en sciences-po, notamment specialisée dans les droits de l’Homme et le féminisme, elle part s’installer à Barcelone.
Elle devient auteur et réalisatrice indépendante et fonde sa société de production Erika Lust Films en 2005.
Elle a réalisé plusieurs courts métrages ainsi que cinq films érotiques primés – “Five Hot Stories for Her“, “Barcelona Sex Project “, ” Life Love Lust”, “Cabaret Desire” et “X-Confessions  ainsi que plusieurs écrits “Good Porn: a Woman’s Guide“, “The Erotic Bible to Europe” , “Love Me Like You Hate Me”, “La Canción de Nora” , et “ Let’s Make a Porno” un guide pratique de tournage de film porno. 

Alice:  Bonjour Erika, en tant que grande admiratrice de vos films je suis plus que ravie que vous ayez accepté de faire ce portrait pour Le Cabinet de Curiosité Féminine. Comment vous est venu le goût de l’érotisme et du porno?

Erika Lust: Lorsque j’étudiais le féminisme à l’Université j’ai lu le livre “Le Noyau dur” par Linda Williams. Elle y expliquait comment le porno et l’art érotique pourraient rendre les femmes plus puissantes au niveau personnel et dans un sens plus grand. J’étais d’accord avec elle pour la théorie, mais tout le porno que j’avais vu jusqu’à ce point avait été épouvantable. Peut-être certaines des images étaient excitantes sur un plan physique, mais je ne me retrouvais en rien sur l’écran et cela m’a dérangé.  Où était le porno que je POURRAIS trouver puissant et excitant ?
Quand j’ai déménagé à Barcelone, j’ai trouvé du travail dans des maisons de production et acquis une bonne connaissance pratique de la façon de faire un film. J’ai vraiment aimé, alors j’ai commencé à prendre des cours de mise en scène. Bien sûr je savais ce que mon premier grand projet serait- le type de film érotique que je n’avais jamais vu avant mais que j’avais toujours voulu voir. Quand mon premier film, The Good Girl, a été téléchargé plus d’un million de fois, j’ai sérieusement commencé à envisager une carrière dans l’industrie pour adultes.

A: Pourquoi vous êtes vous orientée dans ce milieu très fermé et très “masculin” du porno? Quelle a été et est encore votre démarche?

E. L: Il est vrai que j’ai rencontré beaucoup de sexisme dans l’industrie, notamment au début lors de mon arrivée. Le porno le plus répandu est dominé par les hommes (écriture, réalisation, production, tournage, et consommation), alors quand j’ai fait mon premier long métrage, il y avait beaucoup de scepticisme et de commentaires quant à savoir si je pouvais le faire et si on regarderait mon film. Parfois, je reçois encore des courriels d’hommes qui me demandent «quand allez-vous jouer dans un film? » Parce qu’il est clair (même s’ils apprécient mes films) qu’ils pensent en réalité «Hey, vous êtes un bon metteur en scène … mais quand vous réaliserez-vous que votre valeur réelle dans l’industrie peut être votre corps nu?  »
Malgré les défis du travail dans une industrie qui peut être hostile aux femmes,
je crois que ce que je fais est important. Je pense que la seule façon de changer l’industrie est d’avoir plus de femmes impliquées dans l’écriture, la réalisation, la production et le tournage. De cette façon, la sexualité féminine est représentée par les femmes elles-mêmes. Nous ne pouvons pas ignorer le porno, nous ne pouvons pas le considérer comme mauvais ou «juste une affaire de mecs».
Il s’agit de sexe! C’est quelque chose que nous aimons tous et que nous expérimentons, et pourtant le porno n’est pas – surtout pas pour de nombreuses femmes. Je veux changer cela.

A: Est-ce que d’après vous, cela signifie que les femmes sont aujourd’hui plus ouvertes qu’avant?

E.L:Je pense que tout le monde devient de plus en plus ouvert d’esprit, et que les femmes ont en particulier plus d’informations et de ressources sur le sexe que jamais.  Et tout cela notamment grâce à internet. Il y a des femmes qui écrivent des articles, tiennent des blogs, font des vidéos, créent de la musique, de la conception de sex-toys, parlent de littérature érotique – et qui surtout sont capables de partager cela avec le public. Leurs expériences, leurs opinions, les questions et les fantasmes ont un endroit pour être exprimé ce qui n’existait pas jusqu’à très récemment. Avec seulement quelques clics, il est clair que les femmes ont des rapports sexuels, ont des opinions à ce sujet, en veulent plus, fantasment, et aiment en profiter autant que d’en parler. C’est révolutionnaire et tellement important! Ce n’est pas seulement un élargissement de l’horizon des femmes, mais de tout le monde sur le globe.

A: Comment vous viennent vos idées de scénarios et films (expériences perso/ témoignages de personnes comme dans X-Confessions)

E. L:  Je suis inspirée par beaucoup de choses. En tant que cinéaste, un de mes films érotiques favoris est L’Amant(1992). Je trouve aussi que Barcelone elle-même peut être très inspirante: il s’agit d’une ville jeune, libérale et moderne , pleine d’une richesse culinaire méditerranéenne, la culture de la plage et ses stupéfiants paysages urbains et la vie nocturne, unique. Les scénarios ont tendance à venir à moi à des moments étranges quand je marche dans la rue ou assise à la plage. Souvent, j’ai des idées en regardant des vidéos de musique ou des publicités, parfois même en écoutant des podcasts! Cependant, maintenant que je fais mon projet XCONFESSIONS, je laisse le public m’inspirer… sur xconfessions.com les gens peuvent poster anonymement leurs confessions et chaque mois je prends mes deux favoris et je les transforme en courts-métrages érotiques.

A: Quelle est votre vision de la sexualité et de la féminité aujourd’hui?

E. L: De mon point de vue, je vois la sexualité des femmes modernes comme quelque chose qu’elles-mêmes possèdent. La femme moderne n’a pas honte d’elle-même, de ses désirs, de ses besoins, de son originalité. Elle sait se plaire d’abord et avant tout a elle-même – sachant que sa satisfaction sexuelle n’est pas la responsabilité d’une autre personne. Elle aime le sexe, avec autant ou peu de partenaires qu’elle veut. Elle n’a pas peur de l’intimité ou de l’expérimentation. Elle possède des sex toys, lit des blogs sur le sexe, peut-être même de la littérature érotique ou s’abonne à tumblr porno, ou regarde du porno sur Internet. La femme moderne voit le sexe comme naturel, amusant, et surtout comme l’un des nombreux plaisirs de la vie!

A: Qu’est-ce qu’un bon porno pour vous et surtout votre définition du porno féminin?

E. L: Je suis une féministe et je fais le genre de porno que je voudrais regarder . Ce qui fait un bon porno pour moi, c’est … l’accent sur le plaisir des femmes, l’érotisme, des éléments esthétiques, des histoires uniques, une ambiance moderne, de la lingerie mode, des sex-toys & accessoires de grande qualité, de beaux décors , un excellent directeur de la photographie et de la musique. Je crois qu’il n’y a aucune raison pour qu’un film soit de faible qualité juste parce qu’il contient du sexe. Il s’avère qu’il y a beaucoup de femmes qui pensent aussi cela et bien plus d’hommes que vous ne pourriez imaginer.

Si le porno « mainstream » est comme la restauration rapide de la sexualité ( construit uniquement pour un rapide frisson masturbatoire ), alors je veux être le chef de file du mouvement Slow Food. Je veux faire des films qui montrent toutes les parties importantes de la sexualité : les fantasmes, l’excitation, l’exploration, le frisson et la satisfaction. Cela signifie développer des histoires et des personnages, rendre les paramètres et les situations réels. J’aime quand les gens me disent qu’ils ont été inspirés par mes films, ou qu’ils en ont passé un à leur ami, ou regardé un avec leur amant , parce que ça me rappelle que mes films peuvent avoir une sorte d’impact sur la sexualité à un niveau personnel et peut-être même plus. Ce n’était pas un frisson pas cher – il a eu en fait un impact positif .

A: Est-ce que cela signifie que vous rejettez le porno “classique” et son industrie?

E. L:Cela dépend. Je pense qu’il  y a beaucoup de bonnes choses dans les classiques (70’s) pornos – principalement l’attention apportée à la cinématographie, la musique, l’intrigue, l’action, etc.
Mais le porno mainstream qui a évolué après l’introduction de la VHS s’est depuis transformé en quelque chose de méconnaissable, même le sexe via internet … que je rejette absolument. Si vous l’aimez, hey, pas de problème.
Mais ce n’était pas pour moi, et ce n’est pas quelque chose que je veux reproduire. Je n’y vois que les mêmes vieilles images ennuyeuses et recyclées encore et encore. Faux seins, alopécie, hauts talons, des mecs laids et énormes, le tout en suivant le même modèle de rapportspipe-rapport-anal-facial.

A: Comment choisissez-vous vos acteurs/actrices? Parce qu’ils sont physiquement tous très différents (grand(e)s, minces, petit(e)s, rond(e)s, tatoué(e)s, musclés…) est-ce pour mieux coller à la réalité de la société?

E. L: Je suis très pointilleuse en ce qui concerne les personnes avec qui je travaille, parce que leur performance est très importante pour que le film soit un succès. Pour cette raison, j’engage des professionnels qui aiment leur métier. Ils aiment ce que je fais, ils aiment le sexe et le porno est plus que juste un moyen de gagner de l’argent pour eux.
Par dessus tout, ces artistes/performers sont des exhibitionnistes donc ils sont excités d’être sur le plateau et généralement très sociables et bavards.
Cet enthousiasme est souvent la seule chose qu’ils ont en commun. Je travaille avec tous les types de corps, d’âges, d’ethnies et de nationalités. Parfois ici en Espagne, il peut être difficile d’embaucher un casting diversifié, c’est pour cette raison que j’élargis mes recherches à travers l’Europe pour filmer XCONFESSIONS. Et WOW, j’ai rencontré des gens incroyables et des vedettes! Je ne dirais pas que mes acteurs représentent le grand public (à l’exception de quelques amateurs que j’ai embauchés au cours de l’année), mais certainement plus que les productions grand public.
A: Y a-t-il un film que tu as préféré tourner, si oui lequel et pourquoi?

E. L:  C’est une question difficile! J’ai de bons souvenirs de chacun de mes films – en partie parce qu’ils sont devenus des productions de plus en plus grandes (avant xconfessions je ne faisais qu’écrire et réaliser une chose tous les deux ans ) .
Pour The Good Girl – mon premier court, plus tard inclus dans Five Hot Stories for Her – j’étais tellement nerveuse, et je commençais tout juste à comprendre à quel point il est compliqué de faire un film!
Cabaret Desire a été mon projet le plus ambitieux : j’ai passé des mois à écrire les histoires, en collaboration avec le Bordel de la Poésie  où il est filmé, trouver des endroits érotiques autour de la ville de Barcelone, et trouver de la vraie bonne musique locale. Même en regardant les détails (costumes, lingerie, jouets, aliments et boissons et même un gâteau d’anniversaire!) je suis toujours surprise de la taille de cette production à la fin!
Mais je dois dire, XCONFESSIONS jusqu’à présent a été le plus amusant! La partie de la rédaction est déjà faite, et comme il s’agit de courts métrages qui peuvent être filmés en une seule journée, nous avons tendance à prendre beaucoup de plaisir sur le plateau. Et parce que j’ai rencontré beaucoup de nouveaux acteurs en produisant tous les mois, nous avons appris à nous connaître et à aimer travailler ensemble maintenant.

A: En France, quoique l’on fasse on est très vite catalogué, rangé dans une petite boîte avec une étiquette collée dessus et lorsqu’on a le malheur de vouloir sortir un peu des sentiers battus et d’essayer de nouvelles choses on se fait vite rappeler à l’ordre de la “normalité”.
Est-ce que vous arrivez à passer outre? Avez-vous envie de réaliser d’autres choses ou de parfois tenter d’autres milieux artistiques que la réal et le porn?

E. L: J’ai pensé à la réalisation de films sans sexe explicite, et c’est toujours une option. Mais je trouve que ma carrière m’a ouvert la porte à de nombreuses expériences, plutôt que de m’en fermer. Par exemple, j’ai toujours rêvé d’écrire un roman de fiction, et l’année dernière on m’a donné la chance d’écrire La Chanson de Nora – mon premier travail de littérature érotique!

A: Comment vit-on sa propre féminité et sexualité lorsqu’on s’appelle Erika Lust? Est-ce un obstacle dans les relations?

E. L: Etre Erika Lust a été très inspirant dans ma vie personnelle. Pas seulement parce que ça me rappelle de l’importance du sexe dans une vie heureuse (quelque chose de facile à oublier lorsque vous et votre partenaire depuis 12 ans avez deux petites filles!), mais il me permet d’explorer ces parts créatives de moi-même que je n’aurais jamais connues autrement. Devenir Erika Lust a été puissant! Mais j’ai aussi la chance dans ma vie d’avoir toujours été beaucoup soutenue par mon entourage.

A: Quelles ont été ou sont les femmes qui vous ont marquée (artistes, peintres, auteurs, actrices…) d’un point de vue artistique et personnel?

E. L:  Anais Nin, parce que je pense qu’elle est le meilleur auteur érotique que j’aie jamais rencontré. Elle fait de chaque mot un poème, de chaque phrase une nouvelle sensation dans le corps.
Sofia Coppola, parce que chacun de ses films parle d’une certaine façon à mon expérience de femme et elle ne manque jamais d’éblouir avec ses visuels.
Parce que je suis actuellement sur des recherches en aéronautique (pour un film dont je ne suis pas encore autorisée à parler!): Amelia Earhart. Elle aussi était une femme avec de la force et de l’aspiration, malgré le fait que sa passion concernait un domaine dominé par les hommes.

A: Merci Erika d’avoir répondu à mes questions pour ce portrait de manière aussi sincère et érotique pour Le Cabinet de Curiosité Féminine…

En conclusion : reconsidérons donc le porno qui non n’est pas à condamné, qu’il y a eu de bonnes choses, qu’il y a toujours de bonnes choses et qu’aujourd’hui arrive aussi un genre nouveau, plus révélateur d’une société qui tend à changer, peut être plus érotique aussi, lorsque l’on se penche sur la question de manière plus intelligente et féminine comme le fait brillamment Erika Lust.

Erika Lust