SolangeTeParle et a tant de chose à te dire

1
14 janvier 2016 à 10 h 09 min  •  Catégorie Culture Q par  •  1 Comment

Solange pénètre ta vie intime. Solange lit tous tes tweets. Solange prend le bus. Mais surtout Solange te parle. Elle te parle d’elle, beaucoup, et de toi aussi. Et elle compte 15 millions de vues sur YouTube. Oui, dans le club des Youtubeurs, on ne trouve pas que des post-ados qui parlent à des préados de leur dernière tentative de pécho. On trouve aussi des trentenaires intelligentes qui parlent à des trentenaires (ou plus ou moins) tout aussi intelligents, de questions existentielles, de réflexions philosophiques, de culture, du corps, du désir… Si vous êtes passé à côté du phénomène web, « Solange te parle » est maintenant un livre, prolongement naturel de son succès sur la toile, suite continue de son « Narcissisme 2.0 ». « Narcissisme 2.0 » est le titre du chapitre d’ouverture de son livre qui condense assez bien sa démarche et sa personnalité: « Pour être heureux vivons cachés, ça c’était avant. Maintenant, soyons visibles et faisons envie. Je suis vue donc je suis. Tu me regardes, donc j’existe. Je désire autant que je dénigre cette visibilité, notre thérapie aux yeux du plus grand nombre infini de « likes » ».

Solange, alias Ina Mihalache, comédienne, plasticienne, vidéaste franco-québécoise, accumule pas mal de symptôme de sa génération. Un poil neurasthénique, un brin folle-dingue (voire plus), parfois désabusée, parfois révoltée, drôle et insolente. Adepte de performances à des fins toutes relatives du type : regarder toute la filmographie de Léa Seydoux d’affilé, soit 27 films et 53 heures de cinéma pour éradiquer son sentiment de jalousie. Ce n’est pas toujours facile, la vie de YouTubeuse.

Mais SolangeTeParle c’est avant tout une parole féminine et féministe. Celle d’une femme qui se questionne sur son genre et les diktats qui nous sont imposés ou que l’on s’impose. Dans sa vidéo Pas féminine, elle se rebelle sur tout ce que l’on se fait subir pour être « féminine » : porter des talons, s’épiler, se faire une manucure… Pourquoi faire ? Quel est le sens de tout ça ? Et si la féminité s’assumait en jean-basket ? Et si nous avions le choix ? Solange est une jeune fille qui s’interroge sur son corps, ses poils, sa peau, ses seins. Elle s’observe en détail, de l’intérieur, se décrypte et nous questionne toujours. « Et toi, comment fais-tu pour te parcourir ? » Elle parle sans tabou de ses travers, de ses déceptions, de ses déconvenues et elle touche juste. Là où l’on se reconnait. Solange c’est toi, c’est nous.

Son discours est parfois construit sur des injonctions, ce qui pourrait nous hérisser, mais ce sont surtout des conseils qu’elle aurait souhaité entendre ou cette petite voix de la sagesse qui crie parfois dans notre cerveau. « Tu n’es pas obligée de faire des choses avec les pénis, ça ne fait pas de toi une sous-femme, ou une demi-femme, ou une lesbienne, ou une mal-baisée, ou une frustrée, ou une frigide. […] Fais attendre les pénis. Les pénis sont impatients.»

Solange nous parle de nous dans notre société, de notre rapport au sexe, à l’autre genre, à l’autre tout simplement. Comment vit-on les uns à côté des autres ? Comment respectons-nous nos différences ? Comment ignorons-nous ceux qui nous dérangent, ceux qui bousculent notre bonne conscience ? Comment faire pour rester léger en regardant la misère en bas de chez nous ?

Solange me paraît être une fausse narcissique qui regarde le monde et nous transmet son regard avec beaucoup d’intelligence. Elle est un peu folle, souvent drôle, et crache sa pensée sans filtre sur YouTube. Après le web, la radio (retrouvez « Solange pénètre ta vie intime » sur Le Mouv’), le livre qui vient de paraître (Solange Te Parle, aux éditions Payot), elle sort prochainement son film « Solange et les vivants ». A suivre donc. On vous reparlera certainement de cette nana-là.

image solange

Poster un commentaire