Sexe sans complexe, dans l’intimité des ados

2
16 juin 2016 à 14 h 50 min  •  Catégorie Culture Q par  •  2 Commentaires

Le sexe c’est complexe, et à 15 ans encore plus. Mais pourquoi ? Pourquoi faudrait-il que ce soit compliqué, angoissant ? Et si on s’en parlait tranquillement, sans complexe. De mère à fille, de grand frère à petit frère ? Pas si facile de parler de sexe au sein de la famille, difficile de trouver quelqu’un à qui poser ces questions intimes. Alors il y a les livres. Bérangère Portalier, ex-rédactrice en chef de Causette et l’illustrateur Frédéric Rébéna s’y sont collés. Pour que le sexe soit source de plaisir et d’épanouissement, il y a quelques « trucs » à savoir, non ?

Avec Sexe sans complexe, les auteurs s’adressent directement aux ados en passe de découvrir la sexualité. Sans faire les « ieuv » qui parlent « djeuns », ils utilisent leurs codes et leurs références. Cela nous donne droit à une citation de Zlatan Ibrahimovic – que j’ai trouvé assez perspicace, comme quoi tout arrive – et une explication de qui est Sœur Emmanuelle – et oui ça nous rajeunit pas. Ils n’hésitent pas à aborder les vrais sujets de cour de lycée, comme les sextapes par exemple (qui sont aussi les problématiques du foot, à croire qu’entre la cour de récréation et le terrain de foot il n’y a pas une grande différence – hormis quelques milliards de dollars) Et puisqu’on en parle, si le Qatar pouvait plutôt investir dans l’éducation nationale ça nous permettrait d’offrir une bonne éducation sexuelle à nos ados. On apprend aujourd’hui dans un rapport du Haut Conseil de l’Egalité remis à la ministre de l’Education, qu’un quart des écoles ne mettent pas en place les séances d’éducation à la sexualité pourtant obligatoire. Est-ce une question d’argent ou de priorité ? Là où l’école a du mal à sortir d’une éducation à la sexualité centrée sur la reproduction et la prévention, ce livre a enfin le courage de parler DESIR à nos enfants. A défaut, espérons qu’il envahisse les CDI de nos écoles.

Sans tabou, on y trouve bon nombre de conseils que j’aurais sans doute bien voulu que l’on me donne à 15 ans. Le premier étant « connais-toi toi-même ». Il faut bien regarder son corps et y compris son sexe, pour une bonne entrée en matière dans la sexualité. Ce n’est pas honteux de toucher son sexe, même si on ne le fait pas en public. Ce que tu explores dans ton intimité n’est pas pour autant condamnable.

De façon assez simple et directe, on y trouve des réponses à la plupart des questions que l’on se pose avant ou au début de notre sexualité. Suis-je normal(e) si je me masturbe ? Et ça fait mal la première fois ? Combien de temps doit durer un rapport ? Que faire si j’ai eu un rapport à risque ? Bien souvent, à des questions précises sur le sexe, nous répondons de manière évasive en prônant qu’il n’y a pas de recettes, que cela vient sur l’instant présent, que s’il l’on est à l’écoute de son corps et de l’autre cela se fera naturellement. Et c’est vrai. Mais quand on a 17 ans, que l’on est sur le point de passer à l’acte, on aimerait bien avoir quelques réponses concrètes. Peut-être qu’on n’écoutera finalement pas les conseils, mais juste pour être plus serein(e), se dire que l’on sait, un peu, ce qu’il va se passer. Ce livre réussit se tour de force de répondre à la question « Comment fait-on l’amour ? » sans aligner une série de diktats normatifs et performatifs. On y trouve juste quelques clefs rassurantes. Et puisque cette question, chacun se la pose à un moment donné, autant tenter d’y répondre.  Ou alors, nous livrons nos ados aux seuls films porno qui pour le coup n’apportent pas vraiment une réponse raisonnable.

Aussi, les informations se gardent d’être hétéronormées, et cela est bien assez rare pour être souligné. A chaque chapitre, il est question du sexe entre filles et garçons, du sexe entre filles et du sexe entre garçons. On y aborde aussi la question du genre, quand être fille ou être garçon ne correspond pas aux stéréotypes, quand on peut aussi être intersexuel, ou transsexuel. Si le sujet n’est pas approfondi, il a le mérite d’être soulevé et de permettre sans doute de se poser les bonnes questions et d’ouvrir une voie. Egalement, je crois profondément que le fait d’en parler, de mettre en  lumière ces sujets-là, nous fera tendre vers une plus grande tolérance.

Il est bien souvent question de respect dans ce livre, et pour cause. Comment aborder la sexualité sans parler de respect ? Respecter son corps, celui de l’autre, les comportements et pratiques de chacun(e), déconstruire quelques reflexes sexistes, et quelques mythes fondateurs qui nous poursuivent encore et toujours. N’oublions pas que la virginité ne s’offre pas et que l’on peut être une fille bien et aimer le sexe. A bon entendeur !

Sexe sans complexe, de Bérangère Portalier, ill. Frédéric Rébéna, Acte Sud Junior, 2016

2 Commentaires

  1. Potin-Kahn Dominique / 19 juin 2016 at 8 h 40 min / Répondre

    Bravo pour l’article et l’ouvrage en référence !

  2. Pingback: [PODCAST] Entrons dans la trans... - Le Cabinet de Curiosité FéminineLe Cabinet de Curiosité Féminine

Poster un commentaire