Quand le livre audio donne chaud aux oreilles…

1
30 mars 2018 à 10 h 22 min  •  Catégorie Culture Q par  •  1 Comment

Le livre audio connaît un véritable essor actuellement. Au même titre que le podcast, il a su prendre le bon virage technologique. Fini le CD, tout est sur votre smartphone avec des applis intelligentes qui arrêtent et reprennent la lecture exactement où vous l’aviez laissée. D’aucuns diront que c’est de la lecture pour les fainéants (même plus besoin de tourner les pages ! ), pour ma part je dirais que c’est une nouvelle manière d’aborder la littérature. La voix devient une nouvelle fabricante d’images. Et s’il est bien une littérature qu’il faut imaginer (vous me voyez venir…), c’est la littérature érotique. Un éditeur de livre audio allait bien finir par s’y coller. Et c’est Audible qui l’a fait.

De l’importance de la voix

A l’occasion de la St Valentin, Audible a lancé sa collection #Libido. Vingt enregistrements ont été réalisés d’après des textes édités par La Musardine, Blanche ou Tabou. Quelques best-sellers ont été choisis comme « A cœur pervers » d’Octavie Delveaux ou « Dolorosa Soror » de Florence Dugas. Vous y trouverez aussi le très beau « Perle » d’Anne Bert à l’écriture précise et émouvante, Esparbec, Virginie Bégaudeau ou encore Isabelle Gallant. Dans cette lecture, un nouveau paramètre entre en jeu, au-delà de l’écriture, la voix. Elle doit raconter l’histoire, transmettre un univers, des émotions mais sans envahir toute votre capacité de projection. C’est un pari plutôt réussi du côté de chez Audible. Un livre audio peut durer 9 ou 10 heures donc la voix se doit d’être juste et agréable. Elle sera un véritable compagnon de jeu et de route.

Porno sonore

Audible s’est même risqué à une expérience sonore en binaural (création d’un univers sonore en 3D) avec « Chambre 206 ». Virtuellement vous pénétrez dans cette chambre de l’Hôtel Grand Amour et assistez à une scène de sexe entre un homme et une femme. Rien de littéraire dans cette histoire, on est plutôt dans un porno sonore. Hormis la belle réalisation technique, l’expérience est plutôt décevante. On y entend principalement des gémissements à la crédibilité toute relative et quelques fessées… Ça  m’a un peu rappelé un samedi soir où le porno du voisin transperçait les murs mal insonorisés de mon appartement ! Mais on saluera tout de même l’audace d’Audible de se risquer à ce genre d’expérience et on espère qu’ils ne s’arrêteront pas là.

En toute discrétion

A celles et ceux qui n’osent lire de la littérature érotique dans les transports en commun, le livre audio est LA solution. En toute discrétion, vous voilà embarqué(e)s dans les histoires les plus osées. Casque vissé sur les oreilles, vous seul(e)s savez ce qu’il se passe. C’est une expérience que je vous conseille. Moi personnellement, j’adore ce moment où l’on me chuchote à l’oreille un cunnilingus torride au milieu d’une foule de voyageurs qui ne se doutent absolument pas de la chaleur qui monte en moi. A mon sens le livre audio ne remplace pas la lecture, il est une nouvelle expérience. J’ai adoré écouter des livres que j’avais déjà lus et ainsi me laisser aller à une nouvelle perspective de cette histoire que je connais déjà.

Et si nous avions atteint un trop plein d’images, à nous en dégouter… Et si nous étions en train de basculer d’une société d’image à une société de son. Il paraît même que la télé lance des versions de ses émissions en audio seul. Plusieurs projets autour de l’audio érotique ont vu le jour ce derniers temps comme les podcast Le verrou ou CTRLX. Pour ma part, j’y vois comme une nouvelle manière de mettre en valeur la littérature érotique qui, par définition, supporte souvent mal la mise en image. C’est un genre qui est fait pour agiter notre imaginaire, exciter notre puissance fantasmatique afin que notre cerveau crée lui-même ses images. Alors tentez l’expérience les yeux ouverts ou fermés, avec ou sans les mains, mais les oreilles toujours en éveil !

Un commentaire

  1. Chronik / 2 avril 2018 at 15 h 48 min / Répondre

    Je n’utilise que très rarement les transports en commun mais j’adore cette idée d’écouter des histoires érotique au bous milieu d’une foule qui n’a même pas idée de ce qui se passe dans ma culotte!! Cela doit même ajouter du piment!
    Notre imaginaire est puissant, c’est vrai et tellement dommage de ne pas s’en servir!

Poster un commentaire

Aller à la barre d’outils