L’autre FFF

0
21 juin 2016 à 10 h 28 min  •  Catégorie Culture Q, Festivals par  •  0 Commentaires

En plein Euro 2016 – où l’on peut voir des fesses musclées, peu moulées hélas dans des shorts trop longs, courir pendant 90 minutes après un ballon – se déroule un autre événement qui met autrement les fesses en valeur… La 3e édition du Festival du Film de Fesses se tiendra du 22 au 26 juin au Forum des Images à Paris. Rencontre avec Maud et Anastasia, les deux fondatrices de l’autre FFF.

Qu’est-ce qui leur est passé par la tête à ces deux-là ? C’est la question que j’avoue leur avoir immédiatement posée quand je les ai retrouvées dans un chouette petit bar de quartier du côté du 10e. Elles se regardent en souriant avant de décider de qui se lancera dans l’explication. C’est Maud qui s’y colle : « Nous travaillons toutes les deux dans le cinéma, c’est notre passion et notre métier (ndlr : Maud est programmatrice de festivals de films et Anastasia distributrice). Dans les festivals, ça parle de film bien sûr, mais ça parle tout le temps de fesses aussi, de sexe, de cul etc. Avec Anastasia, on a eu envie de creuser l’idée d’un festival qui réunissait le cinéma et l’érotisme. » Une idée d’autant plus intéressante qu’elle est originale, car il n’existait pas de tel festival jusque-là. Elles se lancent dans l’aventure et découvrent un catalogue de films érotiques riche et varié qui fait, selon elles, partie d’une culture cinématographique qu’elles ont envie de faire revenir dans les salles obscures. « Notre approche est celle de passionnées de cinéma avant tout, et le cinéma érotique est un genre sur lequel il y a beaucoup à dire. Lui consacrer un festival, diffuser les films dans des salles de cinéma, le considérer comme une forme artistique en tant que telle, c’est une façon de réenchanter le genre », précise Anastasia. Car elles veulent programmer des films pointus avec un vrai travail de réalisation, des films d’auteurs parfois un peu enfouis. Et c’est ainsi que les Parisien(ne)s ont pu découvrir le premier FFF en 2014.

La face cachée de la fesse

C’est donc pour l’amour de l’art (le 7e en l’occurrence) avant tout que Maud et Anastasia ont crée le festival. Et la fesse dans tout ça ? « Notre ambition est de permettre une rencontre autour de ces questions : du sexe, où et comment ? Qu’est-ce que le sexe exhibe de nous-mêmes, des mondes d’hier, d’aujourd’hui et de demain ? Comment s’aimer plus ? », peut-on lire dans le dossier de presse. Car s’il est question de cinéma, il est aussi question de société et elles savent à quel point il est important de parler de sexualité et de faire évoluer les représentations.

Pour cette 3e édition, le Forum des Images accueille le FFF, comme une reconnaissance de la qualité de leur programmation. Cette année, en plus d’une rétrospective Brigitte Lahaie (en sa présence), le FFF proposera un panorama de quatre films contemporains et une compétition de courts métrages, récompensée par deux prix : la Fessée du Jury et la Fessée du Public. Le réalisateur, producteur et monteur Gérard Kikoïne, autrement connu sous les pseudo Alex Bakara et Sacha Nudamko, le directeur de la publication du magazine Clap! et président fondateur de la Queer Palm, Franck Finance-Madueira et la réalisatrice Lucie Borleteau auront la lourde tâche de départager les 13 concurrents.

En plus des films, le FFF réserve des « Nuits Chaudes » à ses festivaliers… Cocktails, DJ (le 22), soirée en partenariat avec le collectif Erosticratie (le 24) ou F.L.U.I.D.E.S (le 25) et enfin des lectures le 26 juin à partir de 14h30 dans le Jardin d’Anne Franck (Paris 3e).

Ramène tes fesses !

Avec un programme aussi riche, Maud et Anastasia ne craignent pas la compétition avec le foot. Peut-être n’ont-elles pas le même public… Avant de les quitter je leur ai demandé ce qui faisait pour elles un bon film érotique. « Ca excite un peu le bas ventre, mais c’est aussi le travail de l’image qui va permettre d’exciter ton imagination. En matière d’excitation, personne ne met le curseur au même endroit, c’est pourquoi il ne faut pas juste viser sous la ceinture ! », répond l’une et l’autre d’ajouter (ou bien était-ce l’inverse) : « Un bon film érotique te donne le sentiment d’être vivant ! J’aime quand je suis étonnée, surprise par quelque chose, une idée, une approche, une pratique que je ne connaissais pas forcément, que je n’avais pas imaginé. On est excité par une autre vision de l’existence. » Elles citent Bertrand Mandico, Jean-françois Davy, Gabriel Abrantes, etc.

A quelques jours de l’ouverture officielle de la 3e édition du FFF, elles assument l’ambition de devenir le rendez-vous incontournable de l’érotisme. En finissant notre verre, nous avons aussi parlé de cinéma plus traditionnel, leurs goûts, leurs références. Maud évoque Bergman, Yann Gonzales, La vie d’Adèle, ou Les rencontres d’après minuit. Anastasia surenchérit avec Jacques Demy et Billy Wilder. Nous nous quittons en nous rappelant la force de Certains l’aiment chaud et l’audace de la dernière réplique de ce chef d’œuvre. Souvenez-vous… Jack Lemmon, travesti en femme repousse les avances d’un homme très épris de lui en lui avouant ne pas être du bon sexe, ce à quoi l’amoureux transit répond « Nobody’s perfect ! »*. Une invitation à penser le genre ou je ne m’y connais pas…

*Personne n’est parfait !

20160621 affiche FFF

Plus d’infos sur le Festival du Film de Fesses ici.

Poster un commentaire