Chattologie – le spectacle-conférence de Klaire fait Grr

0
27 octobre 2017 à 9 h 38 min  •  Catégorie Culture Q par  •  0 Commentaires

Bloggeuse slash chroniqueuse slash auteure slash vloggeuse1, Klaire nous fait découvrir un nouveau slash à son arc : comédienne. Dans son seule-en-scène « Chattologie » (décrit comme un « spectacle-conférence » tant par humilité que du fait qu’il ne ressemble à aucun autre one-woman-show), Klaire aborde le thème qu’on nous a habituées à détourner pudiquement de manière systématique : les règles. Le Cabinet de Curiosité Féminine s’est fait un plaisir d’aller la voir à la Comédie des 3 bornes et de la rencontrer pour une petite interview…

 

Comment t’est venue l’idée de faire un « spectacle-conférence » sur les règles ?

Elle ne m’est… jamais venue. En fait c’est Louise Mey, qui a écrit ce texte, et qui m’a envoyé un message dans lequel il y avait les mots « seul-en-scène » « menstruations » et « toi qui dois le jouer ».  Ce à quoi j’ai répondu quelque chose du genre « ahahhaa lol ptdr jamais de la vie. » Après, elle m’a convaincue grâce à son talent et de l’alcool.

Est-ce que tu te considères comme une féministe ?

Je me considère comme essayant de l’être en tout cas. Ce qui n’est pas évident, parce que comme tout le monde j’ai grandi dans une société pas-féministe et j’ai intégré malgré moi des trucs nases. Je n’ai pas la Culture féministe avec un grand C, pas lu les bouquins qu’il faut lire, et je ne désespère pas de le faire… Cela dit, décider de parler des règles, de faire du sexe féminin un sujet moins tabou, je pense que c’est féministe, au sens où en parler, c’est faire en sorte qu’on se comprenne mieux. Et se comprendre mieux, à terme, c’est sortir des stéréotypes. Et sortir des stéréotypes, c’est arrêter de se sentir mal de ne pas y correspondre.

Ce spectacle-conférence, « Chattologie », à qui s’adresse-t-il le plus ?

A touuuut le monde. Bien sûr, je rêve d’une salle un jour où il y aurait une majorité de gens sans chatte, parce que c’est eux à qui on explique le moins de choses là-dessus, ou des choses très théoriques, et du coup qui ne comprennent pas bien les différentes réalités des règles. Et l’idée n’est pas de leur en vouloir de ça, – forcément, on leur explique que dalle ! – mais de leur en dire un peu plus.

Mais l’objectif est aussi que ça fasse du bien aux meufs de parler d’un truc qui prend une place de ouf dans leur vie et leur slip, et qu’on invisibilise, méprise, culpabilise, et plein de truc en ise. En général les trucs en « ise » sont un peu pourris, regarde : « la robe de Cerise » (de Groupama). Bim.

« Décider de parler des règles, de faire du sexe féminin un sujet moins tabou, je pense que c’est féministe. »

Est-ce qu’il y’a des choses que tu aurais aimé aborder mais bon, comme il n’y a qu’une heure de show il a fallu faire du tri, et dont tu voudrais parler ici ?

Ouh lala, plein. On a dû couper par exemple pas mal de trucs sur les maltraitances gynécologiques, parce que c’est lié au sujet, mais ça mériterait un truc à part. On ne parle pas non plus de la ménopause, de la sexualité et des règles, des problématiques transgenres… mais on ne peut pas tout faire, c’est frustrant. Et puis après le spectacle, il y a plein de gens qui viennent me raconter des anecdotes, je pense qu’il y aura bientôt de quoi faire 17 autres tomes !

As-tu lu le livre « Sang Tabou » de Camille Emmanuelle ?

Pas encore, mais c’est juste une question de confiance en moi, si je le lis j’ai peur de me dire que c’est trop bien, que tout a déjà été parfaitement dit, et que du coup à quoi bon et ne plus jamais vouloir monter sur scène…

On ne va pas se mentir, tous les bénéfices de ce spectacle iront à ma psychanalyse, donc.

Sur le plan humour, qui t’inspire(nt) le plus ? Des mentors ?

Difficile à dire, d’autant que je n’ai jamais eu de volonté de « faire de l’humour », comme objectif, c’est juste le moyen le plus efficace de faire passer un message, en général !

Mais pour le spectacle, comme c’est une conférence, les références qui m’ont nourrie c’était plutôt Chris Esquere, Astier, Rollin… du mi-sérieux mi-con. Tu vas me dire qu’il n’y a pas de meuf, et c’est vrai, et c’est dommage. Je suis preneuse de refs de meufs dans ce style-là.

Est-ce que tu as compté le nombre de fois où le mot « chatte » sort de ta bouche ?

Oui, j’ai compté, et j’offre une boite de tampons à toute personne qui vient me donner le chiffre exact à la fin du spectacle. (Sans applicateurs, les tampons, j’ai pas un budget extensible, woh.)

Est-ce que les gens peuvent aussi venir voir ton seule-en-scène quand tu as tes règles ?

Le spectacle est 10 % plus chers les soirs où j’ai mes règles pour financer mon budget protections hygiéniques. (J’ai pas de budget, j’ai dit.)

Est-ce que l’expérience de la scène t’ouvre de nouveaux horizons, t’inspire de nouvelles choses ?

Déjà j’envisage de monter un partenariat avec Smecta parce que le trac c’est la diarrhée.

Plus sérieusement, ça colle avec mon envie de raconter des choses toujours engagées, enfin avec du sens, mais moins frontalement, dans des formats plus posés, plus longs, moins nerveux. Peut-être plus éloignés d’internet et des réseaux sociaux qui m’épuisent. Qui nous épuisent tous, je crois.

Une anecdote sur tes règles à nous raconter ?

On a monté ce spectacle cet été, pendant très exactement un mois et dix-neuf jours.  Devine combien de temps ont duré mes règles cet été ? Un mois et dix-neuf jours… Si, si. C’est possible. (Diagnostic du gynéco : « Alors ça c’est le stress, héhéhé». – Héhéhé).

On vous recommande donc chaudement « Chattologie », écrit par Louise Mey, mis en scène par Karim Tougui, tous les samedis à 21h30 jusqu’au 6 janvier (dont une spéciale le dimanche 31 décembre !) à la Comédie des 3 bornes (théâtre intimiste dans le 11ème arrondissement de Paris).

Personne qui se met en scène dans un blog vidéo

Poster un commentaire