On parle du point G de la femme mais celui de l’homme, le point P (non pas les magasins hein !), reste encore un tabou et tout plein d’aprioris. On va donc tenter d’y voir un peu plus clair !

L’organe que l’on qualifiera de point P c’est la prostate. C’est une glande sexuelle masculine (les femmes ont également une prostate dont la glande la plus importante associée est la double glande de Skène mais là n’est pas le sujet). Elle pèse entre 15 et 20 grammes soit approximativement la taille d’une noix, située à environ 7 cm de profondeur derrière la paroi supérieur du rectum. Sa fonction principale est de sécréter une partie du liquide séminal qui est l’un des constituant du sperme. Puis, lors de l’éjaculation, elle se contracte pour expulser son contenu. Je ne m’éternise pas sur le côté physiologique, je préfère parler de plaisir…

Ce petit organe que finalement peu d’hommes savent situer et le rôle qu’elle tient, est une zone extrêmement sensible. La prostate est étroitement liée aux sensations de plaisir ressenti durant l’orgasme et/ou l’éjaculation.

A noter que chez l’homme, l’éjaculation n’est pas synonyme d’orgasme comme on le croit souvent. Elle est généralement concomitante à l’orgasme. Cependant, les deux ne sont pas liés. L’un est la conséquence naturelle de l’autre. Il est courant d’éjaculer sans orgasme (c’est souvent le cas des éjaculations précoces) et il est aussi possible d’avoir des orgasmes sans éjaculer.

Le massage prostatique procure une excitation intense, un plaisir extatique. Les hommes qui s’adonnent à ce plaisir diront que c’est divin. Elle peut être stimulée de 2 manières différentes. L’une par l’introduction d’un doigt, d’un sexe, ou accessoire adapté au plaisir prostatique, dans l’anus (avec lubrification et douceur enfin ça c’est à l’appréciation de chacun hein !) l’autre par une pression (pas trop exagérée) sur le périnée, entre le scrotum et l’anus. Cette dernière sera une stimulation plus superficielle, pour ceux qui ne sont pas encore prêts à sauter le pas.

Le massage prostatique favorise souvent l’érection et peut mener à l’éjaculation mais dans le cas ou il n’y aurait pas érection, sachez que cela n’indique en rien le degré de plaisir éprouvé. Certains préfèreront goûter le plaisir anal et génital simultanément pour ne pas court-circuiter les sensations.

Loin d’être une pratique démocratisée, le massage de la prostate est considéré, encore aujourd’hui, comme un plaisir assimilé à l’homosexualité ou au toucher rectale du médecin. Beaucoup d’hommes sont loin de passer à l’acte, et pourtant…

Je me souviens, lors d’un atelier, que l’un des participants (ayant une cinquantaine d’années) avait répondu à mon intervention sur le plaisir de l’homme : « quand on parle de prostate à un homme, c’est généralement que ça sent le sapin ! » Idée fausse qui m’a fait sourire.  Il est vrai que le plaisir masculin n’est pas quelque chose dont on parle, tabou ou inconnu, un peu des deux je crois. Remarquez, lorsque l’on tape  « prostate » dans les moteurs de recherches, mise à part une définition physiologique, on vous parlera surtout de cancer. C’est gai !

Dans notre société actuelle où l’acte sexuel n’est plus un simple instant de procréation mais devient une récréation, nous pouvons alors nous poser cette question : Si la nature humaine vous a dotés d’un tel organe de plaisir, pourquoi ne pas en profiter !? Il faut savoir accepter ses deux personnalités sexuelles : l’une dominante, pénétrante et l’autre, passive puisque lors de la stimulation prostatique, l’homme est pénétré. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il se dévirilise.

De nos jours, les fabricants de sextoys ont parfaitement étudiés les besoins de l’homme et de la femme en terme de satisfaction sexuelle. Les accessoires sont performants et parfaitement adaptés au plaisir de chacun. Les masseurs prostatiques sont nombreux, vibrants ou non vibrants, les formes et couleurs varient…

Si l’envie vous vient de découvrir le plaisir lié à la prostate rien ne vous empêche de le faire seul dans un premier temps. A vous de voir si vous avez envie par la suite de partager cela avec votre partenaire. Vous ne serez pas non plus considéré comme bisexuel si vous pratiquez la stimulation de la prostate, il faudrait pour cela avoir une attirance pour le même sexe. Loin de nous les tabous et la culpabilité, l’orgasme et l’extase c’est pour tout le monde, adonnez-vous au plaisir sans a priori !