La fellation

1
5 avril 2014 à 12 h 29 min  •  Catégorie Amour / sexualité par  •  1 Comment

Ha la fellation, on pourrait en parler pendant des heures… Mais on ne va pas le faire hein ! On va seulement aborder quelques points.

Tout d’abord saviez-vous que fellation est un dérivé savant de fellatum supin du latin fellare « sucer, téter ». En anglais : on dit « blow job », comme s’il s’agissait de souffler dans le pénis comme dans une flûte…

Dans l’Antiquité romaine, la fellation pratiquée par un homme était une pratique honteuse et le mot « fellateur » était utilisé comme l’« injure suprême ». En revanche, le fait pour un homme de se faire sucer le pénis par un autre homme  était relativement valorisé. Hum hum…

Comme pour le cunnilingus, la fellation était proscrite par l’Église. Elle a même été considérée comme une pathologie, une perversion de l’instinct, « instinct » qui « normalement » ne devait produire que des activités sexuelles permettant la reproduction.

En 1952, la fellation, avec la masturbation et le cunnilingus, faisaient partie des comportements pathologiques dans la première édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux.

Pendant longtemps (et encore parfois), l’image de la femme donnant une fellation s’est confondue avec celle de la femme illégitime ou de la prostituée. Le « talent » de cet acte leur était attribué.

Bon, mais on a été sauvé quand le mot est entré dans le dictionnaire Larousse en 1981, là tout était enfin permis !

En 2012, le magazine ELLE a même titré un article, « La Pipe, ciment du couple ! ». Cela a provoqué la réaction de pas mal de féministes, sur le web. Certaines féministes voient la fellation comme un signe d’allégeance. « La femme qui suce reconnaîtrait la suprématie de l’homme » (Pauline Barnet). Une interprétation assez réactionnaire de la sexualité. On n’est pas obligés d’aimer cela en tant que femme, c’est certain. D’ailleurs certains hommes n’aiment pas cela ! Mais le voir comme un signe de soumission est assez réducteur. Il est vrai que la pornographie qui s’est largement répandue sur nos écrans, nous montre souvent la fellation comme un acte de soumission. La femme est agenouillée, l’homme pose sa main sur sa tête pour lui donner le rythme de va et vient, avec quelques propos avilissants en prime… On comprend que certaines femmes puissent ne pas supporter cette pratique. Mais, j’aurai tendance très personnellement à dire le contraire, je m’explique : avec cette pratique, c’est vous qui êtes maître de son plaisir, vous le dominez. Vous pouvez presque décider à quel moment il va éjaculer !

Bon et dans la pratique ? La fellation est une pratique sexuelle qui consiste à stimuler le pénis du partenaire avec la bouche, les lèvres et la langue (jusque-là, je ne vous apprends rien) nan pas les dents je vous l’ai déjà dit, rhaaa, il faut écouter parfois c’est important ! Bon, elle peut donc être employée comme préliminaire sexuel ou pour conduire votre partenaire à l’éjaculation et/ou à l’orgasme. Suis-je obligée de répéter que l’éjaculation n’est pas synonyme d’orgasme comme on le croit souvent ? Qu’elle est généralement concomitante à l’orgasme, mais que les deux ne sont pas liés. L’un est la conséquence naturelle de l’autre. Il est courant d’éjaculer sans orgasme (c’est souvent le cas des éjaculations précoces) et il est aussi possible d’avoir des orgasmes sans éjaculer. Vous me suivez ?

Le pénis (et ses alentours) possède plusieurs zones érogènes que l’on peut stimuler durant la fellation. Ces zones procurent d’intenses plaisirs chez l’homme.
• La hampe : c’est le corps principal du pénis (la face ventrale, là où le canal est visible par le gonflement lors de l’érection, est particulièrement sensible. Lorsque vous passez votre langue dessus les sensations peuvent être nombreuses).
• Le gland : zone aussi sensible que le clitoris. La couronne du gland étant la zone la plus sensible avec ces terminaisons nerveuses abondantes. Il y a des différences de sensations entre les hommes circoncis et ceux qui ne le sont pas. Sans prépuce, les hommes sont un peu moins sensibles puisque leur verge est sans cesse en contact avec les vêtements.
• Le frein : petite languette de tissu qui unit la hampe au repli ventral du prépuce. Zone sensible mais très fragile. Si vous le stimulez trop, cela peut vite devenir agaçant et douloureux.
• Le scrotum et testicules : vous pouvez les caressez en même temps que vous pratiquez la fellation.
• La zone entre les testicules et l’anus est aussi très sensible. Cette zone lorsqu’elle est stimulée atteint la face cachée du pénis (et oui, il s’enfonce profondément à l’intérieur), des glandes de cowper (produit la cyprine, ce qui permet la lubrification du gland) et la prostate se trouvant au-dessus.

La fellation peut aussi être accompagnée par la masturbation manuelle pour accompagner votre bouche et ainsi procurer d’autres sensations. Les positions ? Mais vous les connaissez, cessez de me demander des choses que vous savez déjà ! À genoux, debout, la cravate, le 69 (pour ceux qui ne supportent pas donner sans recevoir)…etc etc

Ça fait très manuel, je sais, mais, je voulais montrer que le pénis n’a pas une seule zone érogène. Il y en a d’autres encore d’ailleurs ! Evidemment, chaque homme est différent, a son propre mode de fonctionnement, ses propres capteurs de volupté… Il n’y a donc pas une recette de la felllation parfaite.
La fellation c’est une histoire de partage avant tout. Un jeu érotique. Pour la personne qui prodigue la fellation, son plaisir réside dans l’excitation et la volupté qu’elle procure à son partenaire. Voir son partenaire prendre du plaisir peut être très excitant, je vous l’assure (ha pardon, je ne vous apprends rien là encore?!). Bon, mais si vous ne trouvez aucun plaisir à la pratiquer inutile de vous y atteler (votre partenaire sans rendra vite compte).

Le côté moins folichon, c’est lorsque la fellation est encore pratiquée comme une logique de safe-sex (moins de risques de contamination du VIH, même si les campagnes de prévention insistent sur la réalité du risque). Et oui, il y a risque de transmission d’infections comme l’herpès, le sida, l’hépatite, la syphilis. Il existe pour se protéger, lorsque l’on ne connait pas le statut sérologique de son partenaire, le préservatif. Même si vous n’avalez pas le sperme, il y a un fort risque de contamination dû au liquide séminal expulsé durant tout l’acte sexuel. Attention donc !

Ma conclusion : il n’y a pas une bonne façon de faire une fellation, simplement, il faut en avoir envie !

Un commentaire

  1. Val / 10 août 2015 at 11 h 29 min / Répondre

    Bonjour. Je voudrais mêler mon grain de sel…Si vous pouviez ne pas donner mon nom…J’aime beaucoup vos articles si bien documentés! Je voudrais juste apporter quelques détails. On n’est pas obligé d’avaler le sperme, ce qui peut être rebutant.On peut prolonger le plaisir en ralentissant la cadence ou la force de la succion de temps en temps. On peut stopper la montée de l’orgasme
    en serrant le pénis sous le gland, le « squeeze ». L’attente est un plaisir divin.

Poster un commentaire