Évasion au Vice Versa

0
3 mars 2016 à 11 h 49 min  •  Catégorie Accueil, On a testé pour vous par  •  0 Commentaires

Évasion au Vice Versa

Dans l’imagerie érotique, pour pimenter le quotidien, l’hôtel reste une valeur sûre. Mais tous les hôtels ne se ressemblent pas et il en est certains qui méritent plus que d’autres qu’on les envisage pour une évasion à deux, le temps d’une nuit entre parenthèse. Le Vice Versa, la création hôtelière de Chantal Thomass, est certainement de ceux-là.

Lorsque la créatrice de lingerie de luxe s’est vu proposer un hôtel entier à décorer par la compagnie hôtelière de Bagatelle (pas de LA bagatelle), elle dit avoir sauté sur l’occasion : « le thème s’est tout de suite imposé à moi : 7 étages, 7 péchés capitaux ! ». Car voilà tout le concept de ce petit hôtel du 15e arrondissement de Paris, tout près de la porte de Versailles, devant lequel on peut facilement passer sans s’arrêter : il est une invitation au péché… Et que celle qui n’a jamais péché me jette sa première jarretelle !

Un hôtel qui ne se revendique pas « sexy »
Le Vice Versa a ouvert il y a 4 ans. Il compte 37 chambres et un hammam (ça a son importance, vous verrez). C’est un hôtel, oui, mais où tout est différent. L’accueil se fait au salon avec un simple iPad, le bar fonctionne sur l’honnêteté des clients qui réalisent leurs propres cocktails et notent ce qu’ils ont consommé (et quand car il y a une happy hour)… Et puis, bien sûr, il y a la déco ! A chaque étage son péché : gourmandise (c’est surtout pour la salle du petit déjeuner mais il y a une chambre sur ce thème), orgueil, colère, avarice, envie, paresse et luxure, évidemment. Comme le diable, tout est dans le détail. Les détails, devrais-je dire : les abat-jours, les sols (moquette ici, parquet là), ici un miroir au plafond, là une ambiance bucolique,… Ce ne sont pas de simples chambres, ce sont des expériences.

Viceversa_hammamLe rez-de-chaussée est une version du Paradis, tandis que le hammam au sous-sol, est pensé comme une véritable descente aux enfers. Du rouge et du noir, des diables et la possibilité de privatiser ce petit espace pour passer un moment en toute intimité. Attention, il ne s’agit pas d’une « back room » déguisée. « Nous voulons que nos clients se sentent bien. L’espace est confiné et on n’a pas toujours envie de faire un hammam avec des inconnus, donc on leur donne la possibilité de réserver le lieu pour qu’ils en profitent tout simplement. Nous ne sommes pas un hôtel coquin ou sexy. », explique Maud Ruault, la directrice de l’hôtel. Bien sûr, d’autres idées me viennent en tête… Ai-je l’esprit si mal placé ?

D’ailleurs la clientèle est variée : la proximité de la porte de Versailles draine une clientèle professionnelle qui vient pour des salons, mais les clients « loisirs » profitent aussi de cette ambiance si particulière. Et ils reviennent pour tester les différents univers. Les Anglais apprécient particulièrement la colère, paraît-il, pour le côté rock et décalé. Et bien sûr c’est la luxure qui reste le péché préféré des amoureux.

Invitation à l’audace
Viceversa_pecheencours« Mais alors, elle l’a testé oui ou non cet hôtel ? Non parce que c’est la rubrique On a testé pour vous ! »
C’était il y a 3 ans déjà et j’y suis retournée pour m’assurer que tout était bien comme dans mon souvenir. Bien sûr, des hôtels il y en a pléthore et le Cabinet de Curiosité Féminine n’a pas vocation à devenir le Tripadvisor du sexe. Mais cet hôtel a quelque chose que les autres n’ont pas. Il est une invitation à l’audace, à « l’extra-ordinaire », à la créativité, à la sensualité. Parce que justement, il n’est pas un hôtel coquin mais juste un hôtel qui vous accueille dans un clin d’œil complice. Je me suis offert une nuit dans une chambre Luxure et ai imaginé tout un scénario : j’ai donné l’adresse et l’heure du rendez-vous, laissé une lettre à l’accueil pour l’intéressé, investi la chambre avec du champagne, de la musique et une tenue de circonstance, etc. En fait, ce n’est pas l’hôtel qui a fixé les règles, il fut pour moi un media, un moyen, un cadre idéal d’expression et de réalisation de fantasmes.

Même si elle s’en défend, Chantal Thomass a, à mon avis, bel et bien pensé aux couples désireux de s’offrir desViceVersa_7peches moments d’évasion sulfureuse en travaillant sur les 7 péchés capitaux. Il suffit de lire les définitions qu’elle en propose…

 

« Je vous souhaite de joyeux péchés pour de douces nuits », Chantal Thomass

 

 

 

 

 

Poster un commentaire